Catégories
Edito

De Wall Street à Pointe-à-Pitre, l’Etat doit corriger les défaillances du marché

La crise qui secoue les outre-mers et qui a pris naissance en Guadeloupe a des causes multiples : culturelles, identitaires, politiques, sociales et bien sûr, économiques. Pour s’en tenir à ce seul volet, cette crise se manifeste essentiellement à travers la protestation contre la vie chère.

Les économies ultramarines restent des économies de comptoir. Deux ou trois grands groupes, dont certains à capitaux majoritairement antillais ou réunionnais, contrôlent la grande distribution. Ils se répartissent le marché plus qu’ils ne se le disputent. En matière de transport, essentiel dans la formation des prix des marchandises importées, deux sociétés dominent l’une le transport maritime (la CGM), l’autre le transport aérien (Air France). S’agissant de l’énergie et des carburants, la distribution d’essence et de gasoil reste encadrée administrativement et les tarifs fixés par arrêté préfectoral. Bref, s’il y a bien un mécanisme absent des économies des départements d’outre-mer, c’est celui de la « concurrence libre et non faussée » .

D’autres facteurs concourent à tirer les prix vers le haut :  les sur-rémunérations de la fonction publique d’Etat (index de « correction » de + 40 %) et la défiscalisation qui attire les entreprises, notamment dans le BTP, vers un nombre réduit d’activités économiques, particulièrement lucratives.

La question n’est pas nouvelle, mais l’opinion a le sentiment que, depuis longtemps, la puissance publique a démissionné de toute ambition régulatrice, ou même de contrôle, en matière de formation des prix et des revenus. La loi d’orientation pour l’outre-mer de décembre 2000 avait prévu la mise en place d’un observatoire des revenus et des prix dans chaque département d’outre-mer. Il a fallu attendre septembre 2007 pour que le décret d’application soit publié et plusieurs mois encore pour la mise en place de ces structures.

Le collectif guadeloupéen d’organisations syndicales et politiques réclame une hausse des salaires de 200 € par personne. Certains n’ont rien trouvé de mieux que de proposer que l’Etat compense cette hausse par une exonération de charges sociales. Or, aujourd’hui, près des deux tiers des activités économiques (à l’exception des banques, des assurances, de la grande distribution et d’autres activités de services) bénéficient déjà d’une exonération complète des cotisations sociales , patronales et salariales, jusqu’à 1,4 SMIC. Aller plus loin signifierait prendre en charge les cotisations sociales dans des secteurs qui n’en ont aucunement besoin et pour les plus hauts salaires ! Bref, cela reviendrait à alimenter un peu plus la spirale qui tire les prix vers le haut.

Pour sortir de cet engrenage, l’Etat doit tirer les conséquences du fait que les économies ultramarines ne sont pas des économies de marché. Cela impliquerait, par exemple, de décider – pour une période limitée, de deux ou trois ans – de rétablir le contrôle des prix et un mécanisme de fixation administrative des marges, pour les principaux secteurs que sont la distribution, les transports, les loyers et l’énergie. En faisant, par ce moyen, baisser les prix pour redonner du pouvoir d’achat aux populations des DOM, il rétablirait un équilibre dont la disparition a provoqué le mouvement populaire observé depuis maintenant près d’un mois. Ce délai de deux ou trois ans pourrait être mis à profit pour engager, avec tous les acteurs économiques et sociaux de ces départements, un débat de fond sur les ressorts du développement économique, dont les éléments sont singulièrement absents du projet de loi d’orientation sur l’outre-mer que le Gouvernement a soumis au Parlement il y a quelques semaines et dont la discussion doit commencer en mars.

Cette proposition apparaîtra peut-être à certains comme relevant d’un dirigisme d’un autre âge. Mais si l’on avait dit, aux mêmes, il y a un an, que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne ou d’autres pays européens nationaliseraient des banques pour les sauver de la faillite, ils nous auraient probablement ri au nez. Dans les départements d’outre-mer comme partout ailleurs, il n’y a pas d’économie de marché qui puisse fonctionner sans transparence, régulation et loyauté dans les échanges. Quand ces conditions font défaut, il appartient à l’Etat d’intervenir pour y remédier.

Par Les Gracques

La rédaction des Gracques